infos stagiaires du 23/09/2014 : compte-rendu de l’audience auprès de Mme le Recteur

mercredi 24 septembre 2014
par  S3 Montpellier
popularité : 2%

Mardi 23 septembre 2014


Compte-rendu de l’audience FSU avec Mme le Recteur

FORMATION DES STAGIAIRES :

DES ÉCLAIRCISSEMENTS ET DES OUVERTURES

 

Suite à notre demande, une audience avec Mme le Recteur a eu lieu le mardi 23 septembre de 14h à 16h au rectorat, sur la question de la formation des stagiaires (en particulier les parcours adaptés pour les stagiaires à mi-temps déjà titulaires ou dispensés d’un M2). Vous en trouverez ci-dessous un compte-rendu détaillé.

La FSU et l’ensemble de ses syndicats enseignants (SNES, SNUipp, SNEP, SNUEP, SNESup) y ont porté leurs revendications, ainsi que la parole et le fort mécontentement des stagiaires en cette rentrée.

Des éclaircissements importants ont été apportés par Mme le Recteur, et des ouvertures obtenues, sur la validation du parcours, le volume du mémoire, les obligations dans le 1er degré, les certifications.

Ce dossier est un combat que la FSU et ses syndicats mènent depuis des années, à tous les niveaux.

L'accueil particulièrement difficile fait aux stagiaires du 2nd degré cette année a conduit nombre d’entre eux à se rapprocher du SNES-FSU, dès les résultats des concours, pour le suivi de leur affectation inter et intra-académique, puis depuis la rentrée pour tout ce qui touche à l’installation dans les établissements et à la formation.

Le SNES-FSU accompagne les stagiaires dans tous les aspects de leur entrée dans le métier. Sa force est le produit de sa représentativité, de son expertise et de sa connaissance des situations collectives et individuelles, reconnues par l’administration,  de sa présence dans tous les établissements et de sa force de mobilisation.

Les progrès entérinés lors de l’audience sont le fruit des actions mises en place collectivement depuis la rentrée : échanges, retours et témoignages de nombreux stagiaires, interventions multiples t répétées du SNES-FSU auprès du rectorat et du ministère, conférence de presse, signature massive de la pétition FSU (près de la moitié des stagiaires en moins d’une semaine). C'est cette forme d’action, cette construction du rapport de force, ce syndicalisme que le SNES-FSU porte : engagé, en lien constant avec les personnels, combatif et efficace.

Nous tenons des permanences chaque jour dans nos sections départementales et académique et toutes les semaines à l’ESPE (mardi et/ou jeudi midi).N'hésitez pas à venir nous y rencontrer.

 

Prochaine permanence à l’ESPE : jeudi 25 septembre de 12h à 14h.

 


Présents :

Rectorat : Mme le Recteur ; M. Rosenzweig, délégué académique à la pédagogie ; Mme Chabot, chef du SCPE (Service Commun des Personnels Enseignants)

FSU : Florence Denjean-Daga (SNES), Bertrand Humeau (SNES), Isabelle Aliaga (SNESup), Patrick Bassis (SNEP), Olivier Gibergues (SNUipp), Manu Caneri (SNUEP)

 

Après avoir rappelé les difficultés d’affectation des stagiaires cette année, nous abordons la question de la formation, objet principal de notre demande d'audience. Avant tout, nous insistons sur la charge de travail importante imposée à tous les stagiaires, compte-tenu de leur quotité de service en responsabilité (mi-temps ou plein temps), du volume de la formation à suivre, et, pour beaucoup, des contraintes de déplacement.

 

Nous faisons état du grand désarroi, de la désillusion, voire du découragement, de nombre de nos collègues qui abordent le métier dans des conditions particulièrement compliquées :  conditions d’exercice difficiles dans les établissements, et injonctions, ordres et contrordres du côté de l’ESPE ! D’où un flou total sur les procédures administratives à suivre, le contenu de la formation, le calendrier, les certifications, etc… Nous évoquons l’infantilisation subie par les stagiaires lors des échanges (directs, ou par mail) avec des formateurs,  certains responsables de formation et des personnels administratifs. Les seuls lieux où ils sont réellement reconnus comme enseignants sont finalement les établissements scolaires auprès de leurs élèves et de de leurs collègues.

 

Pour les collègues déjà détenteurs ou dispensés d'un M2, nous dénonçons l’absence de cadrage national concernant la définition des parcours de formation adaptés, et l'absence d’harmonisation académique entre les différentes disciplines : les informations diffèrent voire se contredisent d'une discipline à l'autre !

Sur ce parcours adapté, nous rappelons nos revendications et les attentes des stagiaires : un contenu centré sur les modules exclusivement "professionnels" et qui évite les redites par rapport aux formations antérieures des lauréats ; une validation du stage indépendante de la validation du M2-MEEF (non exigible réglementairement) ; le refus d'un mémoire professionnel lourd et chronophage, que les détenteurs d'un M2 ont déjà réalisé !

Nous insistons sur la demande de tous les stagiaires de suivre une formation qui complète leur cursus disciplinaire, et qui soit axée sur les nécessaires acquis professionnels. Nous citons de nombreux témoignages ou extraits de mails montrant la pression exercée sur les collègues pour une inscription en M2-MEEF, et le chantage à la titularisation subi par certains stagiaires.

 

Mme le Recteur commence son intervention en insistant sur son entière mobilisation pour la mise en place de l’ESPE, et plus généralement pour la formation initiale et continue des enseignants, en collaboration avec M. Iung, directeur de l'ESPE, et de M. Rosenzweig, délégué académique à la pédagogie.

Elle précise l'importance des dispositifs de formation à mettre en place, compte-tenu du nombre important de stagiaires cette année (900 dans le 1er degré, 640 dans le 2nd degré).

Chaque parcours de formation disciplinaire (29 au total) est représenté par un responsable du parcours + 1 IPR référent, chargés d'organiser les formations, et, pour chaque stagiaire devant bénéficier d'un parcours adapté, de faire des propositions à la commission académique qui se réunira le 29 septembre.

 

Elle fixe les objectifs généraux de toute formation professionnelle :

- pédagogie/didactique

- enseignement disciplinaire

- langues, usages du numériques (modules à usages institutionnels, exclusivement dispensés par la DAFPEN

ainsi que ceux du mémoire professionnel : production encadrée, universitaire, adossée à la recherche, débouchant sur une certification Bac+5.

 

En ce qui concerne les stagiaires à mi-temps ayant une "obligation de formation", Mme le Recteur différentie 3 catégories concernées par la mise en place de parcours de formation adaptés :

- les stagiaires déjà titulaires d'un M2 de recherche (disciplinaire) ou doctorat

- les stagiaires dispensés de M2

- les stagiaires détenant un M2-MEF ancienne maquette

 

Pour le 1er groupe les parcours adaptés comprendront :

- modules de pédagogie/didactique du M2-MEEF

- mémoire

 

Pour le 2e groupe :

- inscription en DU (ou M2 MEEF si VAE permettant la validation d’un M1)

- suivi de formation selon des modules adossés au M2-MEEF

- mémoire

 

Pour le 3e groupe :

- modules de pédagogie/didactique du M2-MEEF

- au cas par cas, en accord avec les stagiaires, formation DAFPEN sur usage du numérique ou (exclusif) langues

- selon préconisations de la commission, mémoire qui reprend et approfondit celui réalisé lors du M2-MEF déjà acquis

 

Les responsables de parcours de formation devront faire des propositions à la commission académique dans ce cadre défini par Mme le Recteur.

 

Nous replaçons l’obligation de formation dans le contexte actuel du stage : les conditions difficiles d’enseignement dans les établissements avec des effectifs lourds dans les classes et le temps important et nécessaire pour les préparations des cours.

 

Nous demandons alors des précisions sur la procédure de validation des parcours adaptés.

Réponse de Mme le Recteur : seront pris en compte par le directeur de l'ESPE (dont l'avis est requis pour la titularisation) : l'assiduité aux modules de formation définis par la commission et, bien qu'aucune "obligation de résultats" ne soit exigée, la participation aux examens.

Nous contestons ce dernier point et pointons son incohérence.

Mme le Recteur entend nos arguments et s'engage à discuter de cette question avec l'ESPE.

 

Nous revenons sur le mémoire, qui cristallise légitimement l'inquiétude des stagiaires qui connaissent la somme de travail qu'il nécessite. Mme le Recteur précise qu’en tant qu’employeur, elle ne transigera pas sur la production du mémoire dans le cadre de la titularisation, mais qu’il s’agit  d’une production "courte", et "de qualité". Nous insistons pour préciser le volume attendu. Mme le Recteur le fixe à 30 pages maximum.

 

Pour le 1er degré, nous intervenons sur une spécificité de leur service qui comprend des APC et des animations pédagogiques. Pour les stagiaires à mi temps, de grandes disparités suivant les départements voire les circonscriptions, se sont faits jour : pour le suivi de l'APC, entre 0 et 36h (!)  annuelles, et pour les animations pédagogiques. Nous avons demandé à ce qu’aucune heure ne soit imposée aux stagiaires. Concernant l'APC, Mme le Recteur tranche sur une obligation au prorata du service (soit 18h pour les stagiaires à mi-temps). Pour ce qui est des animations pédagogiques, Mme le Recteur reconnaît qu'elles peuvent être redondantes avec la formation et propose de ne pas les imposer aux stagiaires.

 

Nous développons les exemples de témoignages de stagiaires et de mails reçus par des formateurs et/ou des responsables de parcours, et dénonçons la façon dont sont considérés les stagiaires. Mme le Recteur reconnaît que le ton adopté n'est pas celui qui sied à l'échange entre des collègues en formation et des représentants de l'institution. Elle semble même surprise par certains propos.

 

Points divers :

- précision de Mme le Recteur : l'inscription en M2-MEEF est une inscription administrative à l’ESPE : elle n’a pas pour objet d’exiger la validation d’un diplôme non requis mais elle est obligatoire pour être considérée comme fonctionnaire stagiaire. Pour  ceux qui ne seraient pas titulaires d’un M1, l’inscription se fait à un DU (si la validation du parcours antérieur ne leur permet pas d’obtenir une équivalence pour un M1) : signaler à Mme Chabot, chef du SCPE au Rectorat, tout problème lié à cette inscription, il va de soi que l’on ne peut pas demander à ces collègues stagiaires de reporter leur stage pour absence de M1.

- devant notre insistance sur la lourde charge de travail que requièrent le stage en responsabilité et la formation,  Mme le Recteur précise qu’elle ne souhaite pas "charger la barque", et que la formation doit être centrée sur les "essentiels".

- l'inscription au CLES ou au C2I2E n’est pas une obligation !

- visite médicale avant le 30 septembre : nous demandons la raison d'un délai si court et quasi intenable. Réponse de Mme Chabot : pour pouvoir mettre en paiement les honoraires des médecins avant la clôture des crédits 2014 !

 

 


Agenda

<<

2017

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

17 février 2014 - Lauréats des concours 2014 anticipé et normal, stagiaires en report de stage : conditions de stage pour la rentrée 2014

Compte-rendu d’une audience SNES au ministère réunion jeudi 20 février à l’IUFM de Montpellier sur (...)

30 avril 2013 - affectation des lauréats des concours 2013 : voeux du 2 mai au 16 juin.

AFFECTATION DES LAURÉATS DES CONCOURS DU 2ND DEGRÉ RENTREE 2013