INFOS AED-AESH FEVRIER 2019

dimanche 3 février 2019
par  S3 Montpellier
popularité : 4%

AESH : métier et reconnaissance professionnelle c’est tout de suite !
MERCREDI 6 FÉVRIER 2019 : MOBILISATION NATIONALE DES AESH
à l’appel de l’intersyndicale nationale SNUIpp-FSU, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNPI-FSU, CGT educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, Sud éducation, FNEC-FP-FO

Dans le cadre de la concertation sur l’école inclusive il faut agir collectivement pour que le métier d’AESH soit enfin reconnu ! Il faut mettre un terme à la précarité par la reconnaissance d’un métier AESH sous couvert d’un statut qui assurerait :
- une rémunération décente,
- une reconnaissance du métier en catégorie B
- la fin des contrats à temps incomplet imposés,
- une formation professionnelle sur le temps de travail

Il est temps de mettre un terme à la maltraitance au travail !

L’intersyndicale nationale SNUIpp-FSU, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNPI-FSU, CGT educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, Sud éducation, FNEC-FP-FO appelle les AESH à se réunir ce mercredi 6 février pour débattre ensemble et à se rassembler devant les DSDEN, rectorats et préfectures pour porter leurs légitimes revendications (communiqué ci-dessous ou ici).

LIEUX ET HORAIRES DES RASSEMBLEMENTS DANS L’ACADÉMIE
- CARCASSONNE  : 14h, DSDEN : 67 rue Antoine Marty
- NARBONNE  : 14h, permanence du député : 5 quai Vallière
- NÎMES  : 14h, Préfecture du Gard, avenue Feuchères
- MONTPELLIER  : 14h30, Rectorat rue de l’Université
- MENDE  : 14h, AG des AESH, enseignants et parents pour témoigner, échanger et soutenir (local FSU, espace J.Jaurès) ; 15h30, audience d’une délégation intersyndicale et rassemblement à la DSDEN
- PERPIGNAN  : 14h, DSDEN

Seule une action d’envergure peut faire bouger les choses alors ce mercredi 6 février, si vous n’êtes pas en cours, ayez une seule priorité : venez devant les DSDEN !!


Communiqué du SNUIpp-FSU, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNPI-FSU, CGT educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, Sud éducation, FNEC-FP-FO
Le ministère de l’Éducation nationale et le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées ont lancé en octobre une concertation sur l’école inclusive dont un pan concerne l’avenir du métier d’accompagnant.
Les premières pistes lancées pour les accompagnants des élèves en situation de handicap sont loin de correspondre aux attentes de milliers de ces personnels précaires qui subissent de plein fouet des conditions de travail dégradées, des temps incomplets imposés, des salaires bas, une absence de reconnaissance professionnelle, qui les conduisent souvent à renoncer à leur emploi.
C’est pourquoi nous sommes dans l’attente de mesures fortes qui bénéficieraient à la fois aux personnels concernés, aux élèves accompagnés et à l’ensemble de l’école.
Cela passe par :
- une revalorisation immédiate des salaires ;
- le versement de l’indemnité REP-REP+ pour les AESH exerçant en éducation prioritaire ;
- la création d’un véritable statut pour les AESH ;
- des emplois stables, pérennes et reconnus ;
- la création du nombre d’emplois nécessaire pour couvrir tous les besoins ;
- le droit de pouvoir travailler à temps complet ;
- une formation professionnelle de qualité sur le temps de travail.

Nous appelons d’ores et déjà à une mobilisation nationale unitaire le mercredi 6 février avant les arbitrages ministériels.
Localement nous appelons les AESH à se réunir pour débattre ensemble et à se rassembler devant les DSDEN, rectorats et préfectures pour porter leurs légitimes revendications.

Paris, le 23 janvier 2019


BULLETIN AED-AESH FÉVRIER 2019

- Nouveaux contrats AED pour ceux qui se destinent aux métiers de professeur ou de CPE
À la rentrée 2019, 3 000 étudiants entrant en L2 et envisageant de passer les concours enseignant ou CPE seront recrutés par le chef d’établissement sur des contrats de droit public de trois ans et ils devront 8 heures de service en L2 et L3 pour assurer de la co-intervention en classe avec l’enseignant, le dispositif « devoirs faits », l’AP ou des EPI. En M1, ils seront responsables de séquences pédagogiques complètes et pourront assurer des remplacements sur un service d’un maximum de 6 heures.
Ces AED seront recrutés en priorité parmi les étudiants boursiers et leur rémunération, cumulable avec une bourse d’études seraient de 693 € en L2, 963 € en L3 et 980 € en M1.
Les concours de recrutement seraient adaptés en incluant une épreuve qui évaluerait leur expérience professionnelle.
Ces dispositions débattues dans le cadre du projet de loi « pour une école de la confiance », appellent à notre vigilance car même si elles peuvent paraître intéressantes de premier abord, elles ne doivent pas être l’occasion de remplacer à bas coût des enseignants absents ou de faire baisser le nombre d’AED dans les vies scolaires car rappelons que les postes d’AED et les bourses d’études sont sur un même budget globalisé ce qui explique qu’un AED ne peut percevoir d’heures supplémentaires ou qu’une AED en congé de maternité n’est remplacée qu’à mi-temps même si son contrat est à temps complet ! C’est pour ces raisons, et au nom de la flexibilité que les chefs d’établissement recrutent les AED à mi-temps. Donc restons vigilants !

- AED et AESH : Indemnité compensatrice de la CSG
Le CTM du 30 janvier 2019 a enfin reconnu que tous les AED et AESH qui étaient en poste avant le 1er septembre 2018 devaient percevoir cette indemnité (de 7 à 18 euros mensuels) avec effet rétroactif depuis le 1er janvier 2018. En effet, le renouvellement des contrats est une reconduction et non un nouveau contrat, preuve en est que vous n’avez pas de période d’essai lors d’un renouvellement et que votre ancienneté de service se cumule sauf si vous avez une interruption de plus de 4 mois d’activité (pour les AESH en CDD).
Une directive de la Direction des Affaires Financières va être adressée prochainement aux services académiques. Nous serons donc vigilants à ce qu’elle soit rapidement appliquée.

- AESH : une revalorisation de la grille de la rémunération s’impose
Depuis le 1er janvier 2018, les AESH en CDD sont rémunérés à l’indice plancher 320 ce qui correspondait à la valeur du SMIC (320 x 4,686 = 1499,53 € brut alors que le SMIC était à 1498,47 €) et ce conformément à l’article 10 du décret de 2014.
Dans ses annonces de décembre 2018, E. Macron a annoncé une augmentation de 100 €, on sait depuis que par un joli tour de passe-passe c’est en fait une augmentation de la prime d’activité et une augmentation de 1,54 % du SMIC qui s’est concrétisée, le tout ne venant même pas compenser la baisse des APL (en raison de son nouveau mode de calcul) ou la suppression illégale de la prime compensatrice de la CSG (voir supra).
Le problème est que depuis le 1er janvier 2019, le SMIC est à 1 525,47 € il est donc impératif que la grille de rémunération des AESH soit révisée en mettant un indice plancher à 326 (puisque rappelons la valeur du point d’indice est gelé depuis 2007).

- AESH en CDI : réclamer votre augmentation !

Nombre d’entre vous nous ont signalé que, contrairement aux dispositions de la grille de rémunération, leur salaire restait à l’indice plancher de 320 alors que le CDI vous permet de passer à l’indice 325 puis une revalorisation à l’indice supérieur tous les 3 ans.
Si vous constatez une anomalie, n’hésitez pas à nous contacter et à faire une demande écrite auprès de la responsable financière de votre département pour obtenir une régularisation. Nous dénonçons le fait que cette revalorisation ne soit pas automatique bien évidemment !

- AESH pour la reconnaissance du « travail invisible »
Dans le Gard, accompagnés par la FSU et SUD, des AESH se sont mobilisés et ont obtenus une audience en décembre afin que leur quotité de service tienne compte du temps de préparation de cours, de réunions de concertation… En effet depuis plus d’un an nous dénonçons une note du DASEN incitant les chefs d’établissement à calculer une répartition du temps de travail sur 36 semaines alors que le décret de 2014 en prévoit un minimum de 39 ! L’interprétation de la note du DASEN partant du principe que les élèves ne sont présents que 36 semaines conduit les chefs d’établissement à réclamer des heures pour eux non faites aux AESH qui se voient parfois confier des missions non prévues dans les textes.
Une nouvelle note du DASEN a été transmise aux chefs d’établissement et les collègues ont à nouveau eu une audience ce 22 janvier pour faire un point. Le compte-rendu de cet entretien est disponible ici.


Documents joints

PDF - 80.9 ko
PDF - 120.7 ko
PDF - 124.1 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

1er novembre 2016 -  CONTRACTUELS : rémunération, décret enfin publié !

Voir RÉMUNÉRATION POUR LES CONTRACTUELS : LE TEXTE ENFIN PUBLIÉ !

10 mars 2015 - Hors-classe des Certifiés et des CPE

campagne des avis CE et IPR jusqu’au 31 mars
Barème Hcl 2015 des certifiés
Barème Hcl (...)

23 mars 2014 - Autorisation d’absence pour les AED, les C2 (lauréats des concours anticipé 2014) et les EAP

Comme pour les AED, les candidats admissibles de la session exceptionnelle 2014 et les étudiants (...)

2 mars 2013 - Informations Non Titulaires

Inscription aux concours réservés jusqu’au 21 février 2013 sur SIAC2
Concours réservés : (...)

24 octobre 2012 - Non titulaires : Titularisation, CDisation, que dit la loi ?

Titularisation, CDisation, que dit la loi ?
La lettre de la Fsu au ministre de l’Education (...)